Les membres du comité ont été invités par SportAltitude et ont testé pour vous, une séance sportive en hypoxie. Voici leur feedback :

Ce centre situé dans le bâtiment hébergeant la clinique d’Onex est spécialisé dans l’entraînement en haute altitude simulée. Cela débute par un briefing de Benjamin, notre préparateur physique du jour, accompagné de deux médecins, Sandra et Pascal. Dans deux salles différentes, l’air est partiellement filtré de son oxygène pour obtenir un environnement proche de celui que l’on peut retrouver en altitude. Nous voilà partis pour tester les effets d’un protocole de type « Live Low Train High » (vivre en plaine et s’entraîner en altitude) visant dans notre cas à améliorer ses performances et la tolérance à l’effort.

Nous avons commencé par un échauffement dans la première salle à 3500m, basé sur un enchaînement vélo ou course et d’exercices de PPG. La deuxième partie de la séance était constituée d’intervalles vélo/course de 4 minutes dans la salle reproduisant une atmosphère à 4500m d’altitude (43% d’oxygène en moins), avec récupération de 3 minutes en extérieur (niveau d’oxygène normal).

Une sensation de grande fatigue musculaire apparait instantanément simulant un effort de longue durée à altitude normale.  C’est la conséquence de l’hypoxie, qui augmente la performance en améliorant la micro-circulation et les mécanismes biochimiques d’utilisation de l’oxygène dans la cellule.

Ce type d’entrainement prend place dans un protocole de 7 semaines avant une compétition. Les objectifs doivent être ciblés et planifiés correctement, si possible en collaboration avec le staff du centre. Pour plus d’information, aller sur le site www.sportaltitude.ch

Vera, Steve et Dorian