Dimanche s’est courue la 86e édition de Morat-Fribourg, avec, parmi les 6500 participants, un petit groupe du TCG composé d’Alan, Valentin, Arnaud J, Charles, Thomas H, Constantinos, Eric et Steve, tous déterminés à faire chauffer le caquelon fribourgeois.

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, il s’agit d’une des plus fameuse course où populaires et élites se mesurent sur un parcours casse-patte de 17,17 km dans une ambiance de folie.

Pour Alan, « se lever à 6 heures du matin pour aller courir, c’est toujours un vrai plaisir », nous dit-il. « Coup de bol, je croise les collègues Steve et Eric sur le quai à Genève. Là évidemment je me dis que je vais les fumer sur le parcours histoire de leur montrer que la “relève” est présente. Après un long périple jusqu’à Morat, quelques échauffements, me voilà parti pour les 17 km. Je pars à balle mais le dénivelé de la course me calme tout de suite. Heureusement j’arrive à talonner un meneur d’allure que je vais suivre jusqu’à la fin, avec une petite accélération finale pour l’ego. Résultat : Steve et Eric me mettent la misère mais j’améliore mon chrono de 5 minutes par rapport à l’année précédente donc je suis plutôt satisfait. L’année prochaine, c’est sûr je les bouffe ».

Pour Thomas, la course a été dure car la coupure prolongée après son IronMan de Wales lui a un peu couté. Ayant pris l’option de suivre la tête de course avec l’élite mondiale, la stratégie la moins judicieuse, reconnaît-il, Thomas explose au 7ème km et achève sa course dans la douleur en 59:07 à 2 minutes de son record. Il termine tout de même à la 25ème place au classement général.

Des résultats contrastés, des mollets douloureux, et souvent un estomac bien remonté à coup de lampées de bière, de fondue moitié-moitié et de meringues double-crème, mais toujours le sourire et l’envie de revenir l’an prochain pour essayer de faire mieux.