Imogen Simmonds est une des stars du club, si ce n’est la star! Tous l’ont suivi pendant son aventure aux Championnats du Monde d’Ironman à Nice! Elle nous raconte aujourd’hui son expérience:

“Je participais pour la deuxième fois chez les pros à un championnat du monde. Avec la startlist qu’il y avait, je n’attendais pas grande chose…

La natation en mer s’est assez bien passé. Il y avait 600m avant la première bouée et du coup, pas trop de contacte avec les autres filles. Sur les plus longues distances, je trouve que les filles sont, en général, assez respectueuses, C’est parti pour une longue journée et ça ne vas pas être gagné en nat! En même temps, la natation étant sans combi pour les pro, il faisait un peu frais et l’eau était un peu agitée, mais j’ai réussi à sortir de l’eau avec le premier groupe de filles – c’est l’essentiel!

La transition est  lisse et je suis sur le vélo. Il y avait Lucy et Charles à 1minute 30, et deux autres filles à 20 secondes.  Je rattrape le groupe de filles dans les premiers 10 km et Lucy quand ca commence à ramper au pied de la montagne (vers 17km). En vrai, au début du vélo, c’était un peu spécial. Les motos ne respectaient pas du tout les athlètes et roulaient parmi nous. La route était assez étroite, donc c’était déjà difficile de dépasser… En plus, sur le plat, c’est facile de rester derrière quelqu’un.

C’était seulement quand on a commencé à monter que les filles commencent à se lâcher. Pour qui connaît le col de Vence, la section plate du milieu roulait vite et on était encore une dizaine. C’est aussi ici que Lucy reçoit une pénalité car elle roulait trop prêt de la roue de Daniela. Après des séries d’attaques tout au long de la montée, j’arrive au col un troisième position. Etant toujours un peu peureuse sur les descentes et en vu de mes objectifs prochainement, je décide de rester derrière Holly Lawrence pour la suivre, après voir Daniela disparaître devant nous.

On lâche quand même Amelia Watkinson en descente et j’arrive à la deuxième transition avec Holly en 2/3 place. Holly part super vite, et je vois en sortant du T2 qu’on a pas mal d’avance sur les autres filles. Je fais les maths et je décide de courir à une allure qui j’espère me permettra de finir sans qu’on me attrape, toujours gardant Holly en vue.

Après le silence du parcours de vélo, c’était surréel de revenir à Nice, et tout d’un coup d’avoir des foules incroyables autour de nous. C’était seulement au dernier 400m que je me suis vraiment permit d’absorber l’atmosphère. Incroyable. De faire partir d’un tel podium, c’est un rêve. Merci à tout ceux du club qui m’ont aidé à venir jusqu’ici, en coaching, et tous ceux qui ont partagé leurs entraînements avec moi!”