Avant que nos membres aillent au camps de Pâques à Majorque, ils étaient actifs sur différentes courses : du 10km au marathon, en passant par la première étape du circuit suisse de triathlon :

Course des Ponts pour laetitia perrin

« Dimanche 14 avril, j’ai participé à la course des Ponts, ma 3ème compétition de l’année (photo de couverture).
J’étais contente de pouvoir enfin m’y remettre sérieusement après deux ans de galère avec peu de sport en raison d’une blessure récalcitrante à une jambe et des douleurs au dos.

945 coureuses et coureurs ont pris le départ par un temps sec, un soleil radieux, le fond de l’air un tantinet frisquet, l’idéal pour courir … What else ? Oui, j’oubliais mon dossard n° 69 qui m’a bien fait rire ! 😊

Le parcours ? 10km500 sur un tracé urbain, au fil de l’eau avec quelques passages légèrement techniques et «casse-pattes » sur le sentier qui mène aux falaises de St-Jean. Des ponts, comme son nom l’indique, il y en a ! On les franchit tantôt dessus tantôt dessous.

Arrivée à la dernière minute, comme d’habitude, je n’aime pas trop réfléchir avant le départ : j’ai juste eu le temps de m’échauffer, de faire quelques allonges pour faire monter les pulses, tchatcher un instant avec Hélène et Maaike peu avant le départ.

Une fois la course lancée, je me suis vite aperçue que j’étais placée trop en arrière du peloton et que j’allais me retrouver coincée si je restais là… Il fallait donc que je m’extirpe vite fait pour retrouver les coureuses et coureurs du même niveau que moi. Après quelques slaloms sur le Pont Wilsdorf, j’ai retrouvé ma place respective le long du quai Ansermet. J’allais pouvoir monter et traverser le bois de la Bâtie sereinement avec pour lièvre Maaike qui m’avait entre-temps rattrapée …

Après avoir longé le cimetière St-Georges, nous avons traversé le Pont Butin pour rejoindre, via l’avenue d’Aïre, le bord du Rhône par le sentier qui passe sous les falaises de St-Jean.
Je ne sais pas pourquoi, je croyais cette portion du parcours plus plate que ça … C’est le passage légèrement technique dont j’ai fait référence au début … Ce n’était pas prévu mais j’ai dû serrer les dents jusqu’à ce que je foule le sol du quai du Seulet. Cependant, il faut dire que je n’avais fait cette course qu’une fois en 2016…
A partir de là, fini les sentiers, que du bitume jusqu’à la fin de la course. Le rendement aurait dû être meilleur sauf que le vent s’était invité de face. En quête d’économie, sans bornes on cherche des solutions et j’ai décidé de me planquer derrière une coureuse jusqu’au Pont de l’Ile. Elle a mené bon train mais elle a lâché juste avant le Pont. Je l’ai dépassée et j’ai poursuivi ma route en direction du Stand avec cette fois-ci un vent assez favorable. J’ai tenu mon rythme comme j’ai pu jusqu’à la ligne d’arrivée. Je fini deuxième dans ma catégorie d’âge, soit V2 devenue V3 pour l’occasion 😉 »

Christophe Kolly et Thomas Huwiler au triathlon de Wallisellen :

Ce dimanche, se déroulait la première étape du circuit suisse de triathlon, à Wallisellen dans le canton de Zurich. La météo était inquiétante : 0-4°C avec des précipitations. Malgré cela, nous étions 4 courageux membres du Triathlon Club Genève à avoir quitté le soleil genevois et traversé toute la Suisse pour tenter de marquer des points au circuit suisse et vérifier que l’entraînement hivernal a porté ses fruits. Comme prévu, il pleut et il fait froid : des conditions très dures. Ça ne faisait pas rêver !

« Heureusement que la natation se déroulait au chaud et en piscine », dit Thomas. Pour lui, l’idée était de se remettre la tête et les jambes à la compétition avant la saison : « je fais une natation pas tout à fait au niveau espéré, mais les efforts en vélo ont payé… En course c’est le statut Quo… Les entraînements spécifiques arrivent et il reste encore du boulot ».

La course Pro a été transformée en duathlon, mais celle des classes d’âge est maintenue. Toutefois, afin d’épargner la santé des participants, l’organisateur décide de neutraliser la première transition et de rendre obligatoire le port de longues manches. Les triathlètes partent les uns après les autres, à 10 secondes d’intervalles. Les distances à parcourir : 600m de natation, 15km de vélo et 4km de course à pied. Est-ce que ça vaut la peine de traverser toute la Suisse pour une aussi courte distance ? Lorsque l’on pense aux coureurs de 100m on oublie la question et on se dit que quand on aime le triathlon on ne compte pas. Finalement, Thomas Huwiler gagne le classement général et Christophe Kolly sa catégorie d’âge ! Bravo aussi à Vincent Hess 41e et Marcos Martin 53!

Sous ce lien, vous trouverez un récit personnel de Christophe Kolly : http://www.christophe-kolly.com/2019/04/triathlon-wallisellen-2019.html

Michel Pierson, Audrey et Pascal Cerel au marathon (ou 10km) d’Annecy :

Tandis que Pascal Cherel a fait son premier marathon (bravo!!), Michel Pierson ainsi que d’autres membres du club se sont alignés sur 10km.

Ce dernier commente :

« J’ai fait 34min10 au 10km d’Annecy : je suis un peu déçu de mon résultat car j’espérais battre mon record sur la distance. Finalement, mais j’ai juste fait pareil… Avec Dorian, nous sommes arrivés sur la ligne de départ à 10 secondes du coup de pistolet. Nous étions vraiment à la rue ! Je suis parti vite et fort afin de bien me placer. J’ai géré une bonne allure jusqu’au 6-7ème km (passage au 5km en 16:43). Après, je n’avais plus assez de jambes pour suivre la première femme qui me dépasse et je relance sur le dernier km pour essayer de passer la barre  des 34 minutes, mais c’était trop juste ».

Nous les félicitons et également tous nos autres membres ayant participé à des courses et/ou se préparant pour d’autres échéances !